P-51 Mustang

Publié le par RL

Le P-51, premier chasseur à long rayon d'action efficace

En 1940, les aviations européennes sont toutes dotées de chasseurs monomoteurs à faible rayon d'action. Les démocraties ont se sont équipées d'intercepteurs, des chasseurs de défense, qui doivent donc être rapides et bon grimpeurs pour défendre le territoire contre les intrusions de l'ennemi. À contrario, l'Allemagne a opté pour un chasseur offensif, mais dont l'action est limitée aux abords de la ligne de front, où il doit acquérir la suprématie aérienne nécessaire au travail des bombardiers.

Lorsque, durant l'été 1940, la Luftwaffe est lancée à l'assaut de l'Angleterre, elle ne dispose d'aucun chasseur d'escorte pour accompagner ses bombardiers. Le Messerschmitt Bf 110 se révèle très vite trop lent et pas assez manœuvrable face aux intercepteurs Spitfire et Hurricane des britanniques. En 1941, les britanniques commettent la même erreurs que les allemands lorsqu'ils lancent leurs escadres de Spitfire et de Huurricane sur l'Europe... Leur faible autonomie contraint les chasseurs à opérer près des côtes et les bombardiers étant vulnérables face aux chasseurs, les offensives de 1941-1942 ne sont d'aucune utilité, sinon celle de fixer deux puis trois escadres de chasse sur le front de la Manche.

En 1943 les américains lancent leurs bombardiers sur l'Allemagne ; ils sont dans le même cas que leurs homologues : aucun chasseur ne peut les accompagner. D'abord parce que les américain n'ont pas d'appareil de ce genre capable d'opérer en altitude : leurs chasseurs à moteur en ligne P-39 et P-40 ne sont pas équipés de turbocompresseur, accessoire réservé en priorité aux bombardiers. Ensuite parce qu'ils pensent que leurs bombardiers, avec leur dizaine de mitrailleuses peuvent aisément repousser les attaques des chasseurs. Il n'en est rien : les pertes sont souvent effroyables. Pour matraquer l'Allemagne il faut donc, soit disposer rapidement d'un bon chasseur d'escorte, soit faire comme les allemands et les anglais, envoyer les bombardiers de nuit (ce qui n'est pas sans danger non plus). Les américains opteront pour la première solution.

Les données proviennent de WWII Aircraft Performance pour les chasseurs américians et Wikipedia pour les Spitfire

Les données proviennent de WWII Aircraft Performance pour les chasseurs américians et Wikipedia pour les Spitfire

C'est au cours de la Bataille d’Angleterre, que les autorités britanniques se tourne vers la firme North American Aviation pour la réalisation d'un nouveau chasseur. L'appareil, conçu en quatre mois, est une merveille d'aérodynamique avec ses ailes à profil laminaire et ses lignes soignées : tout est fait pour limiter la trainée. Seul bémol, il est équipé du moteur en ligne américain Allison V-1710 dont les performances en altitudes sont limités. Grâce à ses remarquables qualités de vitesse et sa grande autonomie (presque le double de celle du Spitfire), le Mustang sera utilisé pour la reconnaissance tactique et l'attaque d’objectifs d'opportunité, à partir de mai 1942. En octobre, un appareil survole Dortmund, devenant le premier chasseur allié à réaliser un tel exploit depuis la Drôle de Guerre.

En août 1942, les britanniques modifient un de leurs appareils en remplaçant le moteur Allison V-1710 par leur fameux Rolls Royce Merlin 65. Testé en octobre, l'avion fait merveille et on envisage un temps de remotoriser cent machines déjà acquises par le RAF. Au même moment, les américains réalisent la même expérience avec encore plus de succès ; à 9 000 m d'altitude, le XP-51B atteint la vitesse de 713 km/h ! Les USAAF tiennent enfin le chasseur d'escorte qui leur manque1. Une grosse commande est alors passée, d'autant que le constructeur Packard a acquis la licence du Melrin 68. Les premiers appareils de série sortent des chaînes en mai 1943, au moment où la 8th USAAF monte en puissance. Un premier groupe, normalement dévolu aux missions d’attaques au sol, est équipé en octobre, après le désastre de Schweinfurt ; il sera opérationnel en décembre, suivi d'un second groupe en février 1944. Pile à temps pour la nouvelle offensive aérienne alliée contre l'Allemagne et son aviation de chasse.

La surprise est très mauvaise pour les aviateurs allemands. En effet, ils sont habitué à rencontrer des formations de bombardiers non escortées. Leur chasseurs lourds Bf 110 et Me 410 sont alors de redoutables adversaires pour les quadrimoteurs américains. Sauf que ces « casseurs de bombardiers » sont lents et vulnérables : ils constituent des proies de choix pour les aviateurs américains. De plus les américains adoptent des tactiques plus agressives et payantes. Au lieu de se contenter de défendre les bombardiers, les chasseurs sont autorisés à attaquer les premiers et à poursuivre l'ennemi en retraite. La chasse allemande va donc subir une effroyable saignée et subir des pertes qui la mettrons à genoux pour le restant de la guerre, dès février 1944. D'abord parce que ses écoles ne forment pas assez de pilotes, ensuite parce qu'ils ont moins d'heures de vol que leurs homologues alliés et se font donc tailler en pièces.

North American P-51B-15-NA du 336th FS (4th FG) piloté par le Cpt Willard Millikan. L'appareil est équipé du Malcolm Hood, une verrière dérivée de celle des Spitifre qui améliore la visibilité du pilote.

North American P-51B-15-NA du 336th FS (4th FG) piloté par le Cpt Willard Millikan. L'appareil est équipé du Malcolm Hood, une verrière dérivée de celle des Spitifre qui améliore la visibilité du pilote.

Mais le Mustang est trop légèrement armé avec quatre mitrailleuses de 12,7 mm et sa grande autonomie est, entre autre, due à un réservoir de fuselage qui déséquilibre l'appareil lorsqu'il est rempli (le problème ne sera résolu qu'avec les dernières versions).

En mars 1944, arrive une nouvelle version du chasseur. L'armement est renforcé par deux mitrailleuses de 12,7 mm supplémentaires, la vision vers l'arrière est nettement améliorée par l'introduction d'une verrière en forme de goutte d'eau. Le P-51D, sera la version la plus construite de l'appareil et servira encore de nombreuses années. Il en sera même fourni à la RAF qui les utilisera pour combattre les V-1 puis escorter les quadrimoteurs américains sur l’Allemagne, à une époque où la Luftwaffe n'est plus que l'ombre d'elle même.

Trois P-51D et un P-51B du 361st FG en vol, au-dessus de l'Angleterre le 26 juillet 1944. Les appareils emportent deux réservoirs auxiliaires de 284 l. (origine Wikipedia)

Trois P-51D et un P-51B du 361st FG en vol, au-dessus de l'Angleterre le 26 juillet 1944. Les appareils emportent deux réservoirs auxiliaires de 284 l. (origine Wikipedia)

Sur le front du Pacifique, le Mustang est utilisé comme chasseur d'escorte, à partir de mars 1945. Trois groupes sont engagés aux côtés des P-47N pour accompagner les B-29 sur le Japon ou effectuer des missions d'attaque au sol lointaines ; des missions très fatigantes pour les pilotes, un peu plus longues que celles accomplies en Europe (le trajet fait environ 120 km de plus que celui jusqu'à Berlin)

Les P-51D et K se sont révélés être d'efficaces chasseurs en Europe et ce nouveau front ne les fait pas mentir. Face aux meilleurs chasseurs nippons, les Mustang engrangent des victoires, surtout lorsque leurs adversaires sont pilotés par des novices ; mais le chasseur alliés ne surpasse pas ces opposant pour autant. Par ailleurs, il se révèle extrêmement vulnérable face à la DCA qui, avec la météo, est responsable de la majorité des appareils perdus. Un défaut qui sera hélas bien vite oublié car, durant la guerre de Corée, il sera le principal avion d'appui feu américain (les F-47 n'étaient pas mobilisables tout de suite).

1Signalons l'introduction du Lockheed P-38 en 1943, mais ce ne fut pas convainquant car l'appareil bimoteur ne faisait pas forcément le poids face aux monomoteurs allemands

 

Sources :

  • Julien G., Very Long Range Les Mustang du Pacifique, in Aérojournal n°38 2013
  • Noël J.-C., Des Mustang et des bidons, in Science & Vie Guerres et Histoire n°15 2013
  • Wikipedia (en Anglais)
  • WWII Aircraft Performance (en Anglais)

Publié dans Aparté

Commenter cet article