GAO 1/584

Publié le par RL

Le GAO 1/584

Les débuts de l'unités

La 1ère escadrille du GAR 584 aurait été créée à Alger/Maison-Blanche le 15 janvier 1937, à partir du Cercle Aérien Régional d'Alger. Le 2 septembre 1938, les GAR type armée de Terre changeant de désignation, elle devient 1ère escadrille du GAO 584. Elle volait sur sesquiplan Potez 25 TOE. Elle a ensuite migré à Tunis/El-Aouina, où elle se trouvait lors de la déclaration de guerre ; elle était alors commandée par le Cne Georges Suère.

Avec son matériel dépassé, Le GAO 1/584 fut chargé de mission de surveillance côtière, durant les trois premiers mois du conflit. Le 13 décembre, l'unité migra à Blida, en Algérie, pour travailler au profit de l'école des mitrailleurs qui s'y trouvait. Cette mission dura aussi trois mois, jusqu'au 24 février 1940. Durant cette période, certains des pilotes furent envoyés au Maroc pour se former sur bimoteur.

Le 1er Mars 1940, ces pilotes furent transférés à Toulouse pour y être transformés sur Potez 63-11. Le reste du personnel suivit, peu après, abandonnant les antiques Potez 25 à Blida. Lors de l'attaque allemande du 10 mai 1940, le GAO 1/584 se trouvait en cours de conversion sur le terrain de Valence/Chabeuil, avec le GAO 582. Il devait travailler au profit 44e CA de forteresse (VIIIe Armée) et donc être placé sous la coupe de la ZOAS mais il ne disposait que de... 3 P. 63-11 !

Voici l'insigne du GAO 1/584 (une refrappe des années 80), sur une vareuse contemporaine.

Voici l'insigne du GAO 1/584 (une refrappe des années 80), sur une vareuse contemporaine.

Le GAO 1/584 s'en va-t-en guerre !

Le 29 mai 1940, l'escadrille fut dirigée sur son terrain de Vougeaucourt, à 1 km au sud de Montbelliard. Au 5 juin 1940, bien qu'elle n'ait encore subit aucune perte matériel, elle disposait de... 4 Potez 63-11, dont aucun n'était disponible ! Un premier appareil fut endommagé en combat aérien avec douze Messerschmitt Bf 110 du II./ZG 1, le 8 juin 1940 au-dessus de Damprichard. L'équipage s'en tira sans mal ; le 17 juin 1940, un nouvel appareil fut endommagé par la Flak au-dessus de Saulieu, lors qu'une misison sur l'itinéraire Mâcon - Tournus - Châlons - Dijon - Langres, ville au-dessus de laquelle elle fut interrompue.

Il est étonnant de constater, qu'à chacun de ces deux vols, l'observateur était le Lt Marcel Confuron, détaché du 5e RTA.

"Cet officier était issu de l'École Spéciale Militaire qu'il avait fréquentée de 1931 à 1933. Il avait reçu une lettre de félicitation le 30 décembre 1936 pour son implication dans la préparation militaire. En juin 1937, il fut sélectionné pour effectuer son stage d'observateur en avion, soit une période théorique (21 juin au 30 septembre) sur la base d'Avord et un stage pratique d'un an à compter du 1er octobre 1937, qu'il effectua au GAO 584. Marcel Confuron fut cité à l'ordre de l'armée aérienne (avec attribution de la Croix de Guerre) le 23 juin 1940, pour sa conduite durant la guerre : selon le texte, c'est lui qui dirigea les manoeuvres de l'appareil face aux Bf 110. De plus, on y apprend que durant la mission du 17 juin, le Potez endommagé se posa à Lyon/Bron. L'équipage grimpa dans un avion abandonné pour terminer la mission, permettant ainsi au commandant d'exploiter les renseignements recueillis. Sa carrière durant le reste de la guerre m'est inconnue. Par décret du 16 mars 1946, le Cne Confuron fut nommé intendant militaire adjoint."

Ce même 17 juin, à minuit, le GAO 1/584 avait été regroupé avec le GAO 513 et le GR I/55 pour former le groupement Anselys, qui renforça le GR I/33 de la 3e Division aérienne, avec le Groupement Savart (GR I/22 et II/36). Retraitant depuis le 16 juin, le groupe traversa la Méditerranée pour rejoindre Alger/Maison-Blanche le 22 juin 1940. Il fut dissout le 1er juillet 1940.

Autres membres identifiés au GAO 1/584 :

Titualire d'une citation à l'ordre de l'escadre (CdG avec 1 étoile de bronze) : Cne Georges Suère (observateur), A/C Yves Rouxel (mitrailleur) et Sgt R A de Beauchamp (pilote).

Autres membres : S/C Bayle et Cases (pilotes), Sgt Minaro (mitrailleur).

Sources :

  • Journal Officiel de la République Française du 17 septembre 1931, du 30 août 1933, des 3 et 9 juin 1937, du 8 novembre 1940 et du 1er mars 1946 ;
  • ÉM 3e Div Aé, Synthèse des renseignements recueillis les 16 et 17 juin 1940, in Moulin J, Le Bloch 174 et ses dérivés, Profils Avions n° 10, Lela Presse 2006
  • Collectif, Potez 25, Histoire de l'aviation n°1, Lela Presse 1996 ;
  • Cornwell P, The Battle of France then and now, After the battle 2007 ;
  • Danel R, Au service de l'armée de Terre, in Icare n° 57 1971
  • France 1940 ;
  • Passion Air ;
  • Traditions de l'armée de l'air

Publié dans Les hommes, Unités

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article