ANF-Les Mureaux (partie 1)

Publié le par RL

Les ANF-Les Mureaux 11X

La genèse d'une famille "prolifique" :

La famille trouve son origine dans un modèle antérieur, l'ANF 130, et dans un programme de 1928 pour un appareil de grande reconnaissance pour remplacer les Breguet XIX vieillissants. Il était exigé une machine biplace de masse maximale de 2 500 kg, atteignant une vitesse de 240 km/h à 5 000 m d'altitude et possédant un rayon d'action de 900 km. Parmi les neuf prototypes commandés entre 1929 et 1930, deux seulement furent acceptés : les ANF-les Mureaux 110 et 111.

Ces deux appareils étaient des monoplans à aile parasol de construction entièrement métallique. Ils étaient mus par le même moteur V12 Hispano-Suiza 12Nb, développant 650 ch et ne se différenciaient que par leurs masses. L'ANF 111 aurait dû initialement recevoir un moteur britannique Rolls Royce Kestrel ou bien l'Hispano-Suiza 12Ybrs encore à mettre au point. Notons que la conception initiale de l'appareil, dès l'origine, de changer le modèle du moteur.

L'ANF 110 n°01 prit l'air en avril 1931 et remporta la compétition en septembre ; un premier marché fut passé en 1932 pour dix machines. En 1933, huit d'entre elles durent être remotorisées avec une évolution du HS 12N, le HS 12Ybrs, développant 760 ch et doté d'un compresseur : deux furent nommées ANF 112 R2, une ANF 112 GR, trois ANF 113 R2 et deux ANF 114 Cn2.

ANF-Les Mureaux (partie 1)

Les ANF 11X entrent en scène :

Si l'ANF 112 GR remporta la coupe Bibesco pour laquelle il avait été conçu, les autres appareils de la série ne virent jamais le service actif. C'est finalement l'ANF 113 qui fut commandé à quarante-neuf exemplaires, en 1934. Cet appareil se différenciait de son frère l'ANF 112 par son hélice bipale. Les premiers exemplaires entrèrent en service en mai 1935 au sein du Groupe Autonome Bouy, mais ils n'y restèrent qu'une année environ. Il avait tout de même fallu près de sept ans entre la publication du programme et l'entrée en service des premiers aéronefs !

Parallèlement à cela, une autre version, disposant de davantage de carburant et d'une mature renforcée fut commandée. Il s'agissait de l'ANF 117. L'appareil était, en outre, gréé d'une version plus puissante du moteur HS 12Y ; il gardait cependant l'hélice bipale de son prédécesseur. S'avérant plus performant que l'ANF 113, il fut donc acheté à cent-quinze exemplaires, répartis sur plusieurs commandes. Les premières unités à le recevoir furent les GR I/54 et I/55, en mars 1936. Des groupes d'observation reçurent également l'appareil, comme le GO II/31 ou le GO II/35.

Dès 1934, un ANF 117 reçut un nouveau radiateur qui fut placé à l'avant du capot moteur. Le moteur fut remplacé par une version pouvant recevoir un canon de 20 mm entre les deux rangées de cylindres. On changea également l'hélice pour un modèle tripale. J'ignore si le montage du canon était effectivement prévu ou s'il s'agissait de régler de façon définitive l'absence de synchronisation des deux mitrailleuses de capot de l'ANF 117. Quoi qu'il en soit, l'armement avant fut réduit à une seule mitrailleuse, tirant à travers l'axe de l'hélice. Baptisée ANF 115, cette version effectua son premier vol le 6 mars 1935. Elle montra des performances apparemment identiques à celle de l'ANF 117 voire même supérieures, selon les sources. Elle fut produite à cent-dix-neuf exemplaires, les derniers quittant les chaînes de fabrication en avril 1936.

La dernière évolution de la série concerna l'armement. Les premiers modèles de mitrailleuses utilisés avait une faible cadence de tir. On les changea pour un modèle plus moderne. L'approvisionnement en munition restait assuré par des chargeurs camembert (mitrailleuses arrière) ou tambour (mitrailleuses avant). Les derniers ANF 117 et les ANF 115 reçurent également une aile renforcée pour pouvoir être gréés de quatre lance-bombes et emporter jusqu'à 200 kg de bombes.

ANF-les Mureaux 117 R2 n°15, de la 3° escadrille du GO II/35. Bien que représenté en temps de paix, j'ai voulu l'équiper de son armement.

ANF-les Mureaux 117 R2 n°15, de la 3° escadrille du GO II/35. Bien que représenté en temps de paix, j'ai voulu l'équiper de son armement.

Un appareil obsolète ?

Comme on l'a vu, il s'est écoulé sept ans entre le lancement du programme et l'entrée en service des premiers exemplaires. En 1928, la France n'avait pas d'ennemi en Europe. Mais en 1936, l'Allemagne se faisait déjà menaçante et réarmait à toute vitesse. L'Italie avait été mise au ban pour son attaque de l'Abyssinie et l'utilisation de gaz de combat contre les civils ; elle ne tarderait pas à se rapprocher de l'Allemagne.

Toutefois, les chasseurs standards allemands pointaient à 330 km/h au niveau de la mer. Ceux de l'Italie filaient 30 km/h plus vite. Tous ces appareils avaient un armement relativement léger, même si le chasseur italien pouvait recevoir deux mitrailleuses lourdes. De ce fait, on pouvait considérer que les ANF gardaient relativement leurs chances en cas d'interception (la campagne de Pologne montra que non).

De plus, les appareils de même rôle alors en service à l'étranger avaient des performances similaires voire inférieures, comme le montre le tableau ci-dessous :

Appareil ANF 115 Hawker Hector Heinkel 46 IMAM Ro 37 Aero A.32 Lublin R-XII
vmax 320 km/h
à 4 000 m
300 km/h
à 2 000 m
250 km/h 330 km/h 226 km/h 177 km/h
Plafond 9 000 m 7 800 m 6 000 m 7 200 m 5 500 m 4 100 m
Autonomie 1 500 km 483 km 1 000 m 1 220 km 420 km 600 km
Armement 1 mit. axiale
2 mit. arrières
1 mit. de capot
1 mit. arrière
1 mit. arrière

2 mit. de capot
1 mit. arrière

2 mit. de capot
2 mit. arrière
1 mit. arrière

En ce qui concerne les performances "brutes", l'ANF 115 se situait plutôt dans la haut du panier, pour son époque !

Mais, en 1937, les chasseurs modernes dépassant les 400 km/h  pointaient le bout de leur nez... De même, il était évident depuis longtemps que l'installation d'un troisième homme pour surveiller le ciel était une nécessité. Le temps des ANF 117 et 115 comme appareil de reconnaissance était donc compté voire même révolu.

Un ANF-les Mureaux 113 aux couleurs de la 3° escadrille du GC II/4. Comme il s'agissait d'une conversion, la mention R2 inscrite sur la dérive ne fut jamais changée.

Un ANF-les Mureaux 113 aux couleurs de la 3° escadrille du GC II/4. Comme il s'agissait d'une conversion, la mention R2 inscrite sur la dérive ne fut jamais changée.

D'autres tâches pour les Mureaux

Au royaume des chauves-souris

L'armée de l'Air n'avait pas attendu l'année 1937 pour confier d'autres fonctions à ces Mureaux . En effet, au milieu de l'année 1934, avec la mise à la retraite des Breguet XIX Cn2, elle se retrouva privée de chasseurs de nuit. Avec ces 298 km/h de vitesse de pointe à 4 000 m d'altitude, l'ANF 113 fut apparemment le remplaçant tout désigné !

Deux exemplaires d'une version dédiée à la chasse de nuit, l'ANF 114, avaient pourtant été produits. Mais, bien que gréés du même moteur que l'ANF 117, ils n'atteignaient que 312 km/h à 4 000 m. Je n'explique pas cette différence de performance car le modèle  114 était plus léger que le 117 ; sans doute les deux projecteurs installés sous les ailes avaient-ils un impact très négatif sur la traînée... ou que mes données sur l'ANF 117 sont fausses ! Quoi qu'il en soit, cette version n'eut pas la chance "d'être au bon endroit, au bon moment" et les autorités ne la retinrent donc pas.

Lorsque que le besoin de chasseurs de nuit se fit sentir, on pensa donc à l'ANF 113. Il me parait probable que ses performances inférieures à celles de l'ANF 117 jouèrent. Mais je pense aussi que la conversion des machines déjà produites permettait de couvrir les besoins à prix bien plus faible que la production de nouveaux appareils. La principale modification concerna la tourelle arrière, qui fut rehaussée. L'installation radio fut également modifiée avec la mise en place d'un poste utilisant les ondes très courtes. Une trentaine d'appareils fut donc modifiée puis versée au GCN II/41 et à l'escadrille 3/42, à partir de l'été 1935. Ils ne furent remplacés qu'en 1939 par des Potez 631 ou des Curtiss H-75, suivant l'unité.

Bombardier en vol rasant

L'année 1937 vit, entre autres, le rôle de bombardier potentiel des ANF reconnu. Le ministre de l'Air Pierre Cot avait en effet créé une section d'étude du vol rasant au sein du CEAM, en mai. Comme il n'existait aucun appareil d'attaque en vol rasant, elle fut dotée de... quatre ANF 117 R2B2. Notons, qu'une variante de l'ANF 113 dédiée à l'attaque au vol rasant avait été mis en étude deux ans auparavant... sans succès encore une fois : l'ANF 116 ne dépassa la planche à dessin.

En septembre 1937, les essais ayant été satisfaisants, il fut décidé de créer une section de vol rasant au sein de la 1ère escadrille du GR I/54 avec les équipages qui avaient participé aux expériences du CEAM. Encore équipée de Potez 540, la section reçut initialement quatre Potez 25 à moteur Lorraine puis, en mars 1938, quatre ANF 115 R2B2. Bien que filant à environ 240 km/h au niveau sol et non prévu pour cette mission, l'appareil donna satisfaction. Au point que toute l'escadrille fut alors transformée et continua les exercices (dont certains avec l'armée de Terre !), jusqu'à la déclaration de guerre.

Lorsque le conflit éclata, le GR I/54 ne fut pas engagé en opération. Le 13 septembre, sa 1ère escadrille fut envoyée à Orléans - Bricy pour s'entraîner sur le Bre 691. Le premier avion ne fut livré que le 26 et j'ignore ce qu'il advint des ANF 115 : peut-être furent-ils reversés à des centres d'instruction.

à suivre...

ANF 115 R²B² n°99, de la 1° escadrille du GR I/54. Il porte des bombes d'exercice de 50 kg et des collecteurs d'échappement Bronzavia.

ANF 115 R²B² n°99, de la 1° escadrille du GR I/54. Il porte des bombes d'exercice de 50 kg et des collecteurs d'échappement Bronzavia.

Sources :

  • Ministère de l'Air, Équipement et armement de l'avion Mureaux type 115 R2B2 à moteur Hispano-Suiza 860 CV type 12 Ycrs
  • Ministère de l'Air, Notice de caractéristiques et de performances de l'avion Les Mureaux type 115 R2-B2 Moteur : Hispano-Suiza 860 CV type 12 Ycrs
  • Ministère de l'Air, Notice descriptive et d'utilisation de l'avion Mureaux type 115 R2B2 Moteur Hispano-Suiza type 12 Ycrs
  • Rapport sur les enseignements à tirer de la guerre rédigé par le Cne Guillaume Robert le 18 novembre 1940, carton AI 2 G8893
  • Cortet Pierre, La saga des biplaces "parasol" ANF les Mureaux (1e partie), in Avions n°55 octobre 1997
  • Cortet Pierre, La saga des biplaces "parasol" ANF les Mureaux (2e partie), in Avions n°56 novembre 1997
  • Cortet Pierre, La saga des biplaces "parasol" ANF les Mureaux (3e partie), in Avions n°57 décembre 1997
  • Courtade Charles, L'aviation d'assaut française : de sa naissance à son utilisation pendant la guerre 1939-1940, in Icare n°87 Hiver 1978-79

Publié dans Les machines

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article